Le visa pour la Russie refusé au journaliste qui avait révélé le scandale du dopage russe

Cela c’est passé lors de la coupe du monde de cette année, un journaliste avait révélé les dessous du scandale du dopage russe. Sa demande de visa lui a simplement été refusée. Le motif de ce refus est qu’il figure désormais sur une liste de personnes indésirables en Russie.

Le reporter ne pourra pas mettre les pieds en Russie pour la couverture de la coupe du monde

Hajo Seppelt, un reporter allemand est désormais une personne indésirable en Russie. Il avait eu à révéler un jour les vastes scandales de dopages qu’il y avait dans le sport russe. C’est avant la tenue de la coupe du monde qu’il a annoncé la nouvelle à la filiale sportive de l’Afp. Haja Seppelt devait assurer la couverture de la coupe du monde pour une chaîne allemande.

Le refus est dû aux termes qu’il avait émis disant que la Russie doit prendre en charge des mesures pour freiner le système de dopage d’Etat qui a lieu dans le sport du pays. Le motif du refus de sa demande de visa pour la Russie à Lyon n’a pas été précisé. Il a seulement été notifié à la chaîne allemande que le reporter figurait dans la liste des personnes indésirables en Russie.

La demande d’accréditation du journaliste validée par la Fifa

Le journaliste est revenu sur le système de dopage étatique russe qu’il a mis au grand jour sur la chaîne publique allemande où il travaille. Il s’agit de révélations qui ont été faites en 2014. Ce qui veut dire que le fait qu’il fasse partie des personnes indésirables en Russie est dû à ses reportages sur le dopage.

La Fifa quant à elle, a validé la demande d’accréditation du journaliste. Le directeur des programmes d’ARD, la chaîne où Hajo Seppelt travaille comme reporter, espère que les russes vont reconsidérer leur décision.

Un documentaire qui a été diffusé en décembre 2014

C’est en 2014 que l’ARD a diffusé le documentaire de Hajo Seppelt qui a pour titre, Dopage confidentiel : comment la Russie fabrique ses vainqueurs. Le documentaire montrait des témoignages qui expliquaient comment le système de dopage est généralisé dans l’athlétisme.

Ce qui avait suscité de vives réactions, et une première commission d’enquête par l’AMA (Agence mondiale antidopage). Entre août 2015 et juin 2017, d’autres reportages ont aussi eu lieu. Des informations qui accusaient la Russie de toujours enfreindre les règles.